Faut-il investir dans un parking ? (1/2)

Dans cet article, vous allez voir s’il est judicieux d’investir dans un parking.

Quand on évoque les investissements immobiliers, on pense souvent de prime abord aux appartements, aux maisons ou encore aux immeubles. Aujourd’hui, je vous propose de faire un focus sur LES PARKINGS car ils font bel et bien partie des niches rentables de l’immobilier.

Vous allez découvrir pourquoi c’est le placement idéal pour les petits budgets ou pour les investisseurs à succès que vous êtes. Cette première expérience est une bonne formation au processus d’achat immobilier car ce qu’il faut savoir c’est qu’il est identique à celui d’un achat d’appartement ou d’une maison !

 

Les bons points du parking :

– Accessible car prix d’achat plus abordable que les appartements, maisons et autres plus grandes surfaces. Les prix peuvent cependant fluctuer suivant la localisation, en région parisienne il est possible de voir des mises à prix allant de 5000€ à plusieurs dizaine de milliers d’euros.

– Rentabilité moyenne approchant les 7% (voir beaucoup plus 😉 ). Livret A si tu nous entends !

– Peu de dégradation possible et peu d’entretien ^^ !

– Coût à la location abordable. Avec un parking, le loyer étant faible, on peut toucher un maximum de clients potentiels car beaucoup conducteurs désirant mettre à l’abri son véhicule et s’affranchir des heures passées à tourner pour dégoter une place.

 

Les critères qui peuvent faire la différence :

– L’emplacement, l’emplacement et l’emplacement ! Votre étude du secteur que vous visez est une étape cruciale pour vous assurer que votre projet va être rentable. Vous devez également vous assurer que le besoin de place est réel.

– Privilégiez les places pratiques d’accès ou situées dans les premiers niveaux des parkings .

– Un box se loue plus cher qu’un emplacement de parking standard et son utilisation peut être diversifiée (entreposage + parking).

 

Les points à surveiller de près :

– Les charges : Il faut absolument être attentif à ce qui est écrit dans le règlement de copropriété. Parce que c’est dans ce document qu’il va être spécifié si le propriétaire d’une place de parking est redevable des charges au prorata des mètres carrés détenus concernant l’intégralité des charges de la copropriété OU uniquement des charges afférentes liées à l’entretien du parking. Ce point peut clairement gréver votre rentabilité !!! Profitez-en pour demander au propriétaire ou à l’agence le relevé des charges que réglait le propriétaire pour l’année en cours et l’année précédente. Vous saurez exactement à quoi vous en tenir.

– Frais de notaires : Le calcul des frais de notaires varie par rapport à ce qui se fait de façon standard sur les biens immobiliers type appartement, maison, etc. Au lieu des 7-8% habituels, c’est un forfait qui s’applique. Celui-ci peut s’élever jusqu’à 30% du bien. l’explication est simple, l’application du barème standard ne rapporte pas assez au vu du prix des parkings. Acheter en lot, pourra éventuellement faire rebasculer vers le taux standard. Abordez la question avec votre notaire 😉 (avant de signer le compromis hein!).

– Taxe foncière : En tant que propriétaire, vous devrez vous affranchir de cette taxe.

– Taxe d’habitation : La taxe d’habitation s’applique également aux emplacements de parkings et garages. Notion importante : Si le parking se trouve à une adresse différente du lieu d’habitation. Ils ne sont pas soumis à la taxe d’habitation si la distance excède 1 km. Concrètement, si vous achetez un parking, que vous mettez en location et que les impôts vous réclament la taxe d’habitation associée. Vous pouvez faire payer cette taxe à votre locataire. Car il s’agit la d’une charge récupérable par le bailleur que vous êtes désormais.

 

Et l’imposition dans tout ça :

Vous recevez des loyers, vous allez donc être imposé sur ces nouveaux revenus. Différents régimes existent nous allons les aborder. Le choix du régime est motivé par votre situation actuelle (votre Tranche Marginale d’Imposition) et de la façon dont vous avez financé votre acquisition. Est-ce que vous achetez cash ou est-ce que vous contractez un crédit ?

Deux régimes sont proposés :

– Le régime du micro-foncier : Dans ce cas, les revenus fonciers (les loyers perçus) ne doivent pas excéder 15000 € à l’année. Un déduction de 30% est opérée, le reste s’ajoute à votre imposition du revenu du travail.

– Le régime réel : Ce régime s’adresse initialement aux bailleurs percevant plus de 15000€ de revenus fonciers annuels. Cependant et c’est important, vous avez la possibilité et tout intérêt à opter pour ce régime si vous avez également des charges et frais importants à faire déduire (d’autres investissement en cours par exemple); cela va s’en dire supérieur à 30% des revenus fonciers. L’idée étant d’aller chercher du déficit et donc de ne pas payer de d’impôts sur les revenus perçus pour la location de votre ou vos parkings.

Notez-bien, le choix d’un régime s’entend pour 3 ans de façon irrévocable.

 

Ce qu’il faut retenir :

L’achat de parking est l’un des investissements immobilier les plus passifs. C’est-à-dire qu’il requiert très peu de votre temps au quotidien voire pas du tout ! Un pot de peinture pour repasser les lignes si nécessaire, la gestion du bail (ultra-flexible) lors des entrées-sorties des locataires.

Et vous, avez-vous déjà réalisé ce type d’investissement ? Est-ce un produit immobilier qui vous conviendrait ? Laissez nous vos commentaires juste en dessous. Et n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter, page facebook ou encore sur le compte twitter pour nous suivre et être alerté des prochains articles.

Un commentaire

  1. Lucy 19 décembre 2016 Répondre

Ajouter Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *